Communiqué UNPACT juin 2016

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Communiqué UNPACT juin 2016

Message par LEICACECILIA le Jeu 16 Juin - 15:15

Un peu long, mais bon résumé à lire :

UNPACT NEWS juin 2016
ACTUALITÉ
Au terme d’une période plutôt riche en événements et qui nous a occupés au point de ne pas
pouvoir diffuser de News depuis le mois de février, il est temps de faire le point de la situation
et d’envisager les plans pour la phase suivante.
Après de multiples grenouillages au sein des institutions européennes entre la Commission
européenne, le Conseil de l’UE et ses différents groupes de travail comme le GENVAL et le
COREPER, la présidence hollandaise du Conseil, en accord avec les plus hauts responsables
de la Commission européenne, ont finalement réussi à faire adopter un texte par le Conseil,
dont le contenu est parfaitement inacceptable pour les détenteurs d’armes légales. Nous
détaillons plus loin le contenu du document finalisé et les menaces très lourdes qu’il fait peser
sur notre passion.
Cependant, si cette bataille est perdue, une autre bataille a été gagnée au sein de la
commission parlementaire LIBE, qui a voté de nombreux amendements favorables, incitant la
commission IMCO, qui est la commission principalement en charge de ce sujet au Parlement
européen, à proposer également une grande quantité d’amendements dont une majorité va
dans notre sens. Le vote de cette commission IMCO devrait avoir lieu le 14 juillet prochain.
Et la guerre reste à gagner avec la dernière bataille, qui se jouera en septembre au Parlement
européen avec le vote en session plénière, qui prendra en compte l’avis de la commission
IMCO et qui pourra également proposer des amendements. Ensuite, si comme on peut
l’espérer le Parlement vote un texte sensiblement différent de celui qui a été proposé par le
Conseil, une commission paritaire devra trouver des compromis. Ces compromis devront être
approuvés par le Parlement en deuxième lecture avant adoption du texte final, lequel devra
être traduit dans toutes les langues nationales avant de pouvoir être transposé en droit
national. Au final on ne peut guère espérer une modification de la loi et des décrets avant
début 2019.
D’ici-là, il nous appartient de continuer à agir, de faire peser tous nos efforts sur les
parlementaires européens. D’abord sur ceux de la commission IMCO en encourageant ceux
qui ont déposé des amendements favorables et en dénonçant les manoeuvres de ceux qui
envisagent des mesures toujours plus restrictives, comme de nous obliger à prendre une
assurance pour couvrir les éventuelles conséquences criminelles d’un vol de nos armes, nous
obliger à payer des taxes supplémentaires, etc.
L’UNPACT et les autres associations des différents pays de l’UE réunies au sein de Firearms
United sont très déterminées à aboutir à une Directive qui ne se trompe pas de cible et qui
cesse enfin de vouloir punir les détenteurs d’armes légales, faute pour les institutions
européennes et nationales d’être capables de punir les vrais coupables des crimes et des
attentats auxquels nous sommes confrontés. Les responsabilités sont maintenant clairement
établies, voire revendiquées : le gouvernement français est à l’origine de la modification de la
Directive, il a demandé un certain nombre de restrictions. La Commission, à la suite de cela,
s’est emparée du sujet pour en rajouter une grosse couche, bien au-delà de ce qu’avait
demandé le gouvernement français. Pour finir, la présidence hollandaise du Conseil a mis le
point final en ajoutant des dispositions contre lesquelles même le gouvernement français a
timidement tenté de s’opposer, avant de laisser tomber et de voter le texte comme tout le
monde, en espérant que les eurodéputés corrigeraient les plus grosses sottises.
Il faudra garder en mémoire ces responsabilités le moment venu ! Il n’y a pas de référendum
pour un « Frexit » à l’ordre du jour, et on ne sait pas encore ce que donnera le référendum
anglais à l’heure où nous rédigeons, mais il ne fait pas de doute que les bureaucrates de
Bruxelles ont très largement entamé ce qui pouvait rester de confiance dans les institutions
européennes chez les détenteurs d’armes légales dans l’ensemble de l’UE.
Ne vous inquiétez pas si vous n’avez pas reçu l’UNPACT News depuis février : il n’y en
a pas eu ces derniers mois.
Firearms-United, c’est quoi au juste ?
A l'origine, des tireurs-journalistes polonais ont imaginé d'élaborer une structure informelle
permettant de réunir tous les détenteurs d’armes à travers le monde. Ils ont donc créé sans
aucun statut juridique cette association « de fait » au travers d’un groupe restreint sur
Facebook. Cette association a progressivement attiré la plupart des responsables
d’organisations de défense des détenteurs d’armes, principalement européens mais
également de façon plus large. L'excellent accueil fait au dynamisme des premiers animateurs
de ce « machin » assez informel a ainsi rapidement conduit à la création d’un site Internet dont
le contenu a fait l’effet d’un aimant pour tous ceux qui rêvaient d’une telle structure, surtout au
moment où les premières menaces ont commencé à planer sur l’Union européenne (UE), à
l’instigation du gouvernement français et de la Commission européenne.
La nécessité d’une opposition structurée, coordonnée et efficace auprès des instances de l'UE
est vite devenue une nécessité impérative, voire impérieuse. Ce qui a entraîné de facto
l'obligation de financer notamment les déplacements de ceux qui avaient commencé à aller à
Bruxelles ou à Strasbourg sur leurs propres deniers, mettant parfois même en danger leur
activité professionnelle ou leur santé en menant en parallèle ces activités bénévoles pour la
communauté des détenteurs d’armes. D’où l’appel aux dons qui a été lancé et accueilli avec
de nombreuses et promptes réactions positives, particulièrement de la part des Français, au
point que la FFTir a donné un coup de pouce tout à fait remarquable en donnant une somme
significative et en incitant toutes les ligues, tous les CD, tous les clubs et les licenciés à
contribuer à ce financement. L'UNPACT avait déjà mis la main à la poche de façon non
négligeable à son échelle.
Sans perdre son identité, bien au contraire, le conseil d’administration de l’UNPACT avait
décidé de se joindre à l’équipe de Firearms United depuis plusieurs mois maintenant, devenant
dans les faits la branche française et le relais de Firearms United. Nous sommes maintenant
fiers de participer à cette aventure en apportant nos connaissances et nos points de vue et en
retirant de nos discussions et de notre coopération avec nos homologues de tous les autres
pays participant à Firearms United des informations importantes et une capacité d’analyse et
d’action incomparable par rapport à ce qui était possible au niveau national.
Les spécificités de la réglementation française et sa longue histoire peuvent ainsi nourrir la
discussion en vue de définir progressivement un programme de définition non pas d’une
réglementation européenne unique, mais d’un socle de dispositions acceptables et
raisonnables pour l’ensemble des pays européens et de se poser en interlocuteur constructif
et compétent des institutions européennes.
Dès à présent, c’est principalement l’UNPACT qui anime la page Facebook de Firearms-
United France, tant avec ses propres textes qu’avec les textes de Firearms United qu’elle
traduit, ce qui représente un travail important.
Il est probable que Firearms United se transforme prochainement en association de droit afin
de pouvoir bénéficier de la personnalité juridique qui lui ouvrira encore plus de portes et se
doter de ressources plus structurées que ce premier appel aux dons. Nous assistons
probablement à l’émergence de la « NRA européenne » que nous appelions de nos voeux
depuis longtemps.
Il faudra penser à en remercier les fonctionnaires de Bruxelles !
L'alerte du Comité Guillaume Tell
Le Comité Guillaume Tell vient de publier un communiqué de presse alertant l’ensemble des
détenteurs légaux d'armes à feu en France sur les risques que fait peser la présidence du
Conseil de l’Union européenne sur leurs droits à détenir des armes.
Cette alerte est tout à fait bienvenue – même si elle est un peu tardive –, car les menées des
institutions bruxelloises à l’encontre des détenteurs d’armes ne datent pas d’hier. Il faut
également rappeler que, si la Commission européenne s’est saisie de ce dossier, c’est à la
demande expresse du gouvernement français, dont les demandes initiales ont en fait été
largement outrepassées par la Commission puis par le Conseil.
Le ministère de l’Intérieur a effectivement fini par avouer qu’il avait demandé des
interdictions d’armes semi-automatiques. Nous savons également qu’il a préconisé des
limitations sur la capacité des chargeurs, mais sans jamais se rendre compte que toutes ces
demandes allaient déclencher une telle avalanche d’initiatives de la part des fonctionnaires
européens, qui, vraiment, n’attendaient que ce qu'ils ont immédiatement considéré comme
un encouragement pour proposer des interdictions en tout genre !
L’erreur de ces fonctionnaires, c’est d'en profiter maintenant pour introduire la suppression
de la catégorie D et le reclassement en C de la totalité des armes qui s’y trouvent
regroupées ou de celles qui ne sont classées nulle part car elles ne sont pas considérées
comme des armes. Jusqu'à présent, les chasseurs se sentaient peut-être un peu moins
concernés que d'autres par les modifications proposées par la Commission européenne.
Cette dernière perle risque de réveiller 1,2 million d'électeurs français, sans compter leurs
familles, amis et sympathisants...
Depuis décembre 2011, les fusils de catégorie D doivent en effet être enregistrés dès qu’ils
font l’objet d’une transaction. Leur classement en C, toutefois, s'il était décidé, imposerait
alors l’enregistrement immédiat de toutes les armes déjà détenues. De la même façon, le
classement en C des pistolets d’alarme ou de signalisation ainsi que des armes neutralisées
entraînerait lui aussi un tsunami de déclarations auquel nos « pauvres » services
préfectoraux français, déjà submergés par les dossiers courants – depuis décembre 2011,
comme dit plus haut – seraient totalement incapables de faire face. Le traitement actuel, on
le sait, est devenu de plus en plus lourd en raison des nombreux contrôles auxquels doivent
désormais se livrer ces services.
Il est clair que les premiers à être impactés par cette surcharge seraient les fonctionnaires
des préfectures. Mais aussi, par voie de conséquence, tous ceux qui tenteraient de se mettre
en conformité avec la réglementation et en seraient rapidement dissuadés de par l’absence
de réponse d’une Administration submergée. Ils viendraient alors, inéluctablement, grossir
les rangs des nombreux contrevenants involontaires par ignorance.
Nous nous félicitons que le Comité Guillaume Tell vienne rejoindre les nombreuses
organisations européennes engagées depuis quelques mois maintenant dans le combat
contre une bureaucratie européenne qui rêve de devenir une sorte de superdictature n’ayant
de comptes à rendre à personne.
Pendant ce temps, le combat contre la proposition de modification de la Directive
européenne continue avec les autres organisations européennes réunies au sein de
Firearms United, dont les actions efficaces auprès des institutions et des eurodéputés ont
permis de faire prendre conscience à ces derniers qu’ils sont le seul rempart démocratique
contre les menées dictatoriales de la Commission et du Conseil. Le changement de
présidence du Conseil, qui sera repris par la Slovaquie le 27 juin puis par Malte six mois plus
tard, devrait aider à venir enfin à bout de ces propositions totalement infondées et sans
aucun lien avec l’objectif prétexté de lutte contre le terrorisme.
Le Casse‐tête des institutions européennes !
Pour la plupart d'entre nous, comprendre les arcanes des institutions européennes est pour
le moins rébarbatif, et c'est presque déjà un euphémisme !
Firearms-United a eu la bonne idée de produire un document explicatif que l'UNPACT a
traduit pour vous et vous présente ici.
Il faut encore un peu de ténacité pour suivre, mais c'est la meilleure synthèse que nous
pouvions faire pour vous permettre de comprendre quelle est la situation aujourd'hui et par
où nous devons passer encore...







Deuxième lettre ouverte à Virginie ROZIÈRE !
Certains vaccins, injections pratiquées à titre préventif, ne provoquent la plupart du temps
qu'un simple petit « aïe ! »
D'autres encore, injectés alors que le mal s'insinuait à peine, échouent à stopper le virus.
Le patient, quelquefois, se braque et résiste au remède, continue à divaguer, à croire qu'il
souhaite propager la contamination... Et là, il faut piquer à nouveau pour espérer éradiquer le
mal et rétablir une situation saine et naturelle.
Madame ROZIÈRE résiste, s'agite et se bat en dépit des informations prodiguées destinées
à la remettre sur les rails du bon sens et de la vérité...
Madame ROZIERE,
Si, au lieu de la balayer d'un revers de main négligent vous aviez pris le temps de lire
attentivement la lettre ouverte que je vous ai envoyée il y a quelque temps au sujet de vos
interventions sur les médias à propos de la modification de la directive armes à feu, vous
auriez évité de proférer une nouvelle contre-vérité lors de votre dernière contribution à la
Commission IMCO. A force de dire des contre-vérités dont je vous ai apporté les éléments
permettant de les identifier comme des erreurs, vous allez me forcer à qualifier vos propos
de mensonges conscients et éhontés.
Je vous ai en effet déjà expliqué une première fois que le pistolet Colt 1911A1 trouvé sur le
corps de M. Merah était bien enregistré dans l'application AGRIPPA puisque, avant qu'elle
lui soit volée puis d'être revendue à Merah par les cambrioleurs, cette arme appartenait à un
tireur licencié et dûment autorisé à la détenir par sa préfecture qui en avait bien évidemment
connaissance et il vous suffirait pour vous en assurer de vous rapprocher des services de la
DLPAJ qui sont parfaitement informés de cette histoire.
Si par contre, les services de police ont été empêchés de trouver l'arme facilement dans ce
fichier AGRIPPA après sa découverte sur le corps de M. Merah, il faut en trouver la cause
dans le fait que le fonctionnaire chargé d'enregistrer le numéro de série de l'arme dans ce
fichier AGRIPPA s'est trompé de ligne et a enregistré le modèle de l'arme dans le champ
réservé à son... numéro de série !
Donc encore une fois, votre argument sur l'absence de traçabilité des armes au-delà de vingt
ans en utilisant cette histoire est parfaitement fallacieux, et d'ailleurs je vous rappelle encore
une fois que cette limite de vingt ans qui figure dans la Directive européenne est appliquée
en France dans les conditions de l'article 4 de l'arrêté du 15 novembre 2007 : « Les
informations relatives au détenteur d'armes, d'éléments d'armes et de munitions peuvent être
conservées durant vingt ans soit à compter de la date où l'intéressé(e) a cessé d'être en
possession de ces matériels pour des motifs autres que la perte ou le vol, soit à compter de
la date de leur déclaration de perte ou de vol. »
En cas de décision de rejet d'une demande d'autorisation d'acquisition et de détention
d'armes, d'éléments d'armes et de munitions, les informations relatives au demandeur sont
conservées durant cinq ans. Ce qui n'a rien à voir avec votre prétendue limite de
conservation des données pendant vingt ans à l'issue desquels toute trace disparaîtrait. Et
vous le savez.
Votre ignorance prenant de plus en plus l'apparence de la mauvaise foi, je transmets le
contenu de ce nouveau courrier aux différentes personnes concernées, du ministère de
l'Intérieur à la Commission IMCO. Cependant, j'ose encore croire que vous admettrez votre
erreur en la rectifiant publiquement.
Gilles PROFFIT
Président de l'UNPACT
A beau mentir qui vient de loin !...
Le mensonge semble bien être une arme dont les membres de la Commission européenne
usent voire abusent. Notre dessinateur préféré a capté un moment de l’intervention d’Alain
Alexis lors d’une réunion IMCO :
Et ce goût du mensonge vient de haut : la
responsable hiérarchique d’Alain ALEXIS, la
Commissaire européenne au Marché intérieur, à
l’Industrie, à l’Entreprenariat et aux PME, Madame
Elżbieta BIENKOWSKA n’a pas hésité à dire lors
d’une réunion de la Commission IMCO que 100 000
morts étaient dues aux armes semi automatiques
légales dans les 10 dernières années en Europe.
Alors que le nombre total de morts toutes causes
confondues est de 66 000 et que le nombre de morts
par arme à feu légales est de 1 500 dans cette
période ! Une multiplication des morts en quelque
sorte !
Et personne n’a osé relever ce mensonge éhonté
tellement il est grossier !
DOSSIER
Nous continuons notre nouvelle rubrique FAQ. Lisez bien ces réponses, chaque mot est important.
N’hésitez pas à les afficher dans vos stands et cabanes de chasse. N’hésitez pas non plus à nous poser
vos questions par mail (unpact@unpact.net), si elles sont d’intérêt général, elles viendront enrichir cette
rubrique.
FAQ
FAQ N°13 - les tireurs licenciés de plus de 18 ans peuvent-ils
solliciter une autorisation d'acquisition et de détention pour une
arme de catégorie B ?
Avant la réglementation de 2013, l'âge minimum pour obtenir une autorisation était
resté fixé à 21 ans. L'article 34 du décret 2013-700 a ensuite fait mention de la
majorité légale, c'est à dire 18 ans et l'article R312-40 du CSI qui en a repris le
contenu dit explicitement :
Peuvent être autorisés pour la pratique du tir sportif à acquérir et à détenir des armes, munitions et leurs éléments des 1°, 2°,
4°, 5°, 9° et 10° de la catégorie B :
1° Les associations sportives agréées membres d'une fédération sportive ayant reçu, du ministre chargé des sports au titre de
l'article L. 131-14 du code du sport, délégation pour la pratique du tir ou du ball-trap, dans la limite d'une arme pour quinze
tireurs ou fraction de quinze tireurs et d'un maximum de soixante armes ;
2° Les personnes majeures et les tireurs sélectionnés de moins de dix-huit ans participant à des concours internationaux,
membres des associations mentionnées au 1° du présent article, titulaires du carnet de tir conforme aux dispositions de
l'article R. 312-43 du présent code, licenciés d'une fédération ayant reçu du ministre chargé des sports, au titre de l'article L.
131-14 du code du sport, délégation pour la pratique du tir et titulaires d'un avis favorable de cette fédération, dans la limite
de douze mentionnées aux 1°, 2°, 4° et 9° de la catégorie B. Ces armes ne peuvent être utilisées que dans un stand de tir
déclaré en application de l'article R. 322-1 du code du sport.
Les personnes âgées de douze ans au moins, ne participant pas à des compétitions internationales, peuvent être autorisées à
détenir des armes de poing à percussion armes annulaire à un coup du 1° de la catégorie B, dans la limite de trois, sous
réserve d'être titulaires d'une licence de tir en cours de validité délivrée par une fédération sportive ayant reçu du ministre
chargé des sports, au titre de l'article L. 131-14 du code du sport, délégation pour la pratique du tir.
Les autorisations d'acquisition et de détention délivrées au titre du présent 2° sont subordonnées à la participation à trois
séances contrôlées de pratique du tir, espacées d'au moins deux mois, au cours des douze mois précédant la demande
d'autorisation.
Pour obtenir le renouvellement de son autorisation d'acquisition et de détention d'arme, le détenteur doit justifier de sa
participation à trois séances contrôlées de pratique du tir, espacées d'au moins deux mois, par période de douze mois pendant
la durée de l'autorisation.
Les modalités des séances contrôlées de pratique du tir sont fixées par arrêté conjoint des ministres de la défense et de
l'intérieur et du ministre chargé des sports.
La liste des fédérations, les conditions et les modalités de délivrance des avis favorables sont fixées par arrêté conjoint des
ministres de la défense et de l'intérieur et du ministre chargé des sports.
Les critères de sélection des tireurs devant participer à des concours internationaux sont définis par le ministre chargé des
sports.
Les personnes majeures sont bien définies au sens de la majorité légale à 18 ans,
puisque le texte fait mention d'une exception pour les mineurs de 18 ans participant à
des compétitions internationales.
FAQ N°14 – Des amis collectionneurs sont convaincus que la
détention d'une arme de catégorie C est soumise à la possession
d'une licence valide. Je me tue à leur dire que ce n'est pas le cas et
que l'on peut garder une arme de catégorie C même après avoir
arrêté le tir. Ils refusent de me croire. Du coup j'ai relu les textes mais
leur rédaction n'est pas limpide sur ce sujet. Avez-vous des éléments
de réponse indiscutables sur ce point précis ?
Si la détention des armes de catégorie C était soumise à détention d'une licence ou
d'un permis de chasser en cours de validité, ça serait écrit clairement.
Or le texte du Code de la sécurité intérieure ne fait mention que de l'acquisition :
Article R312-52
L'acquisition et la détention par des personnes majeures des armes et leurs éléments du 2° de la catégorie D sont libres.
L'acquisition par des personnes majeures des armes et leurs éléments de la catégorie C et des armes mentionnées au 1° de la
catégorie D s'effectuent dans les conditions prévues aux articles R. 312-53 à R. 312-58.
Article R312-53
L'acquisition par des personnes majeures des armes et de leurs éléments de la catégorie C et du 1° de la catégorie D est
subordonnée à la présentation d'un permis de chasser délivré en France ou à l'étranger ou de toute autre pièce tenant lieu de
permis de chasser étranger, accompagné d'un titre de validation de l'année en cours ou de l'année précédente ou d'une licence
en cours de validité d'une fédération sportive ayant reçu, au titre de l'article L. 131-14 du code du sport, délégation du
ministre chargé des sports pour la pratique du tir ou du ball-trap.
Si la détention des armes était soumise également à cette condition de détention
d'une licence ou d'un permis, ça serait indiqué en clair dans le texte de cette façon :
"l'acquisition ET LA DETENTION...". Ce n'est pas le cas !
Il n'y a évidemment aucun texte en droit français qui va dire que la détention des
armes de catégorie C n'est pas soumise à cette condition. Ce n'est pas nécessaire
puisque le droit français n'exprime que les exigences positives.
FAQ N°15 – Quel est la limite de détention en terme de munition et
poudre, hors armes soumises à détention ? Est-il vrai que
l'importation de munitions par un club est limitée (par les douanes) ?
Pour la poudre (PSF ou PN) : 2kg (Article R2352-73 du CSI)
Pour les munitions : 500 maxi (si le détenteur ne possède pas d’arme du calibre
correspondant = art. R312-63 du CSI et n'a pas d'installations de type coffre scellé = art.
R314-8 du CSI)
-cat. C6° + C7° : 1.000 par arme du calibre correspondant = art. R312-61 du CSI
-cat. C8° et D : sans aucune limitation de quantité.
Pour rappel :
- munitions de cat. C6° :
1° 25-20 Winchester (6,35 × 34 R) ;
2° 32-20 Winchester (8 × 33 Winchester) ou 32-20-115 ;
3° 38-40 Remington (10,1 × 33 Winchester) ;
4° 44-40 Winchester ou 44-40-200 ;
5° 44 Remington Magnum ;
6° 45 Colt ou 45 Long Colt.
-munitions de cat. C7° :
1° 7,5 × 54 MAS ;
2° 7,5 × 55 suisse ;
3° 30 M1 (7,62 × 33) ;
4° 7,62 × 51 ou (7,62 × 51 OTAN) ou 308 Winchester ou 308 OTAN ;
5° 7,92 × 57 Mauser ou 7,92 × 57 JS ou 8 × 57 J ou 8 × 57 JS ou 8 mm Mauser ;
6° 7,62 × 54 R ou 7,62 × 54 R Mosin Nagant ;
7° 7,62 × 63 ou 30,06 Springfield ;
8° 303 British ou 7,7 × 56.
Il n’y a pas, à notre connaissance, de limitation spécifique à l’importation (transfert si c’est
“intra-communautaire") de munitions par un club.
Le transfert de munitions est soumis à accord préalable des douanes, traité dans le respect
de la règlementation en vigueur, et donc soumis aux quotas (ou à l’absence de quotas) cidessus...
Dès que la demande dépasse 1.000 cartouches (par calibre), elle passe

_________________
Si notre vue portait à 40.000 Km, on pourrait se voir de dos !
avatar
LEICACECILIA
Modo
Modo

Date d'inscription : 09/10/2012
Age : 65
Localisation : Marseille
Humeur : J'aime rire !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Communiqué UNPACT juin 2016

Message par valinco le Sam 18 Juin - 3:51

Salut LEICACECILIA,
ceci n'est pas un communiqué UNPACT ayant vocation à être publié, mais la newsletter UNPACT de juin réservée au seuls adhérents et envoyée à chacun d'entre eux (dont tu fais partie) sur leur propre adresse mail.
Tu peux la laisser en ligne maintenant qu'elle est publiée, mais pour avoir les prochaines newsletter le mieux seraient que les gens adhèrent à l'UNPACT. 

Merci pour ton implication à notre combat. 

valinco
Pilier du forum
Pilier du forum

Date d'inscription : 09/10/2012
Localisation : Dans les montagnes en Corse.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Communiqué UNPACT juin 2016

Message par LEICACECILIA le Sam 18 Juin - 10:19

Salut, Valinco,
tu as raison, en effet.
Le mieux est de s'inscrire à une ou plusieurs associations
pour être efficace. Et informé.
Merci surtout à toi, et bonne journée.
JC.

_________________
Si notre vue portait à 40.000 Km, on pourrait se voir de dos !
avatar
LEICACECILIA
Modo
Modo

Date d'inscription : 09/10/2012
Age : 65
Localisation : Marseille
Humeur : J'aime rire !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Communiqué UNPACT juin 2016

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum